Une journée pour changer le cap

Les métiers de la Tech sont faiblement pourvus de femmes en France* : on constate une stagnation, voire un recul avec une baisse de 6% de femmes diplômées dans la Tech entre 2013 et 2017. Face à ce constat, e.Voyageurs SNCF propose une journée pour encourager des jeunes femmes désireuses d’inventer la Tech de demain. Retour d’expérience et état des lieux !

« Girls in IT », une journée de sensibilisation

Ce sont 35 jeunes filles enthousiastes issues des lycées d'Île-de-France (Créteil et Sartrouville) ou en reconversion à l'école de la seconde chance qui sont venues rencontrer une vingtaine de collaborateurs e.Voyageurs SNCF lors d’une journée d’ateliers et de présentations.

L’objectif ? Leur faire découvrir les métiers de l’IT, les sensibiliser à l’attractivité et au fort potentiel de développement de la filière et… créer des vocations visant à accroître la contribution des femmes à une industrie d’avenir déjà fortement établie.

Pour la deuxième année consécutive, un grand nombre de jeunes filles ont donc pu découvrir un panaché de métiers de l’IT depuis les fonctions d’UX/UI jusqu’au métier de développeur web en passant par les métiers de l’excellence opérationnelle ou d’animation de communauté web. Un lot de découvertes ponctuées d’exercices amusants : les filles ont créé un chatbot conversationnel et elles se sont essayées au marshmallow challenge !

Une prise de conscience renouvelée et déjà engagée par le réseau SNCF au Féminin et ses 6000 membres.

  Session de travail avec les filles !  Découvrir la communauté OUI Talk

Un grand pas pour l’informatique

Les petites actions et les grands soutiens à l’image de cette journée se multiplient, des associations comme « Girls who code » ou « Girls in Tech » s’organisent en nombre pour soutenir les femmes dans la Tech.

Les femmes sont de plus en plus exposées, en témoigne l’exposition Computer Grrrls à la Gaîté Lyrique.

Eloïse Pariset, petit prodige français de 25 ans qui travaille à la NASA, incarne cette nouvelle génération qui prend la relève dans la science informatique.

Il est bon de croire que l’histoire s’écrit (ou se réécrit). Aux côtés du nom d’Alan Turing, qui a conçu le premier ordinateur moderne en 1936, est aujourd’hui érigé celui d’Ada Lovelace qui a pensé le premier programme informatique en 1843. C’est elle, “La princesse des parallélogrammes”, qui a prêté son nom au langage de programmation du Département de la Défense américain “Ada” !

Vous souhaitez vous engager à nos côtés ?

Découvrir nos engagements

 

Source : France Culture / Uzbek et Rica

* Etude Global Contact, publiée le 13 novembre 2019


Partager cet article

Nombre de "j'aime" pour l'article Pour une tech au féminin. Ajoutez un "j'aime".


Soyez le premier à contribuer !

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Nous avons sélectionné pour vous