C’est cadeau !

Vous sentez que vous êtes sur le point de vous disputer avec votre partenaire, ami ou collègue ? Nous avons une méthode infaillible, que nous utilisons lors de nos ateliers Loveteam. Car oui, permettre une bonne communication entre vous et nous, afin que toute opinion ou désaccord soit exprimé librement sans mettre le feu aux poudres, cela ne s’improvise pas.

1

Qu’est-ce que vous observez ?

Décrivez la situation, c’est-à-dire les faits et les comportements de manière objective. Celle qui est apparente pour tout le monde. Cela demande de mettre de côté tout jugement ou évaluation. Simple, basique.

Exemple : Je suis dans la voiture avec Anne. Anne conduit. À l’arrivée d’un passage piétons, quelqu’un patiente sur le trottoir avec l’intention de traverser la route. Anne continue de rouler sans s’arrêter au niveau du passage. Il n’y a personne derrière nous.


3

De quoi avez-vous besoin ?

Il vous faut désormais reconnaître les besoins qui découlent de l’émotion que vous venez d’identifier : vos aspirations profondes, vos motivations. Vous devez en prendre conscience. Car bien souvent, votre cerveau a compris vos besoins avant vous, qui vous contentez de vivre une émotion !

Cette étape est cruciale : écouter nos besoins permet de comprendre ce qui pose problème dans la situation.

Exemple : J’ai besoin que mes valeurs de politesse soient respectées. 

2

Qu’est-ce vous ressentez ?

Maintenant, sondez votre cœur à la recherche ce que vous ressentez vis-à-vis de ces faits et comportements. Quelle émotion vivez-vous ? Attention, il ne s’agit pas d’exprimer un jugement de valeur ou une opinion.

Exemple : Je suis en colère, j’aurais souhaité qu’Anne arrête le véhicule et laisse passer le piéton.


 


4

Quelle est votre demande ?

Il ne vous reste plus qu’à énoncer une demande claire aux personnes avec lesquelles vous interagissez, afin de satisfaire vos besoins. Comment ? De manière positive, concrète et réalisable. Attention : le dialogue doit rester ouvert !

Exemple : J’exprime à Anne le fait que lorsqu’elle agit de la sorte, mes valeurs sont bousculées et cela me met en colère. Je lui demande si elle serait prête, la prochaine fois, à céder le passage aux piétons lorsque je suis avec elle en voiture si cela est réalisable. Normalement, Anne devrait réagir tout aussi positivement.

Nous vous conseillons de suivre cette courte introspection aussi souvent que possible de manière à l’ancrer dans vos réflexes !

Zoom sur la bienveillance

Un détour s’impose car si le terme « bienveillance » est très à la mode, il est souvent mal employé : être bienveillant, ce n’est pas être gentil.

C’est être juste et respectueux de soi et d’autrui.

Pour aller plus loin, nous vous invitons à parcourir les 4 accords toltèques théorisées par l’auteur mexicain Miguel Ángel Ruiz dans son ouvrage Les Quatre Accords toltèques, publié en 1997.

Zoom-Papier-Journal-Bienveillance

En espérant vous avoir sauvé de zones de turbulences... Nous comptons bien vous accueillir bientôt pour de nouveaux ateliers placés sous le signe de la bienveillance !


Partager cet article

Nombre de "j'aime" pour l'article Les bases de la communication non-violente . Ajoutez un "j'aime".


Soyez le premier à contribuer !

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

Nous avons sélectionné pour vous